Équipe 1

cr des rencontres du 16/11 et du 17/11

 

Salut a tous et toutes,

La Garde Auscitaine s’est déplacée très loin de ses Terres et s’est rendu en Haute Vienne.
Parti le samedi, nous sommes arrivés sous la pluie. Merci pour l’accueil sur Limoges;-).
Celui des organisateurs fut bien plus cordiales. On nous mit a l’aise rapidement en nous indiquant le coin a café et le goûter.Le club d’avoine arriva peu de temps après.
Nous nous mîmes a table avec de l’appétit. Sur la 1ere table le plat de résistance ne fut pas au goût du pitbull. Il me demanda rapidement s’il était possible de faire l’impasse sur le repas « nulle ». Ne le connaissant pas encore très bien, je lui indique d’attendre un peu histoire de voir comment se passe le repas chez les autres convives.Juste le temps de souffler et il fit une indigestion.
0-1
Table 8 l’ancêtre, attaqua l’entrée et en prit le meilleur, il lui resta un peu d’appétit pour le plat, mais fut rassasiée avant le dessert. Elle ne put finir!!
0-2
Le berger s’est installé en fond de salle en table 7. Descendu de sa montagne, il ne se fit pas prier et mangea de tout goulûment, le dessert fut la cerise sur le gâteau.
1-2
L’argentier, sorti les couverts d’argent pour sa première sortie au restaurant !!Le chef lui fit plaisir sur les amuses gueules, tout comme l’entrée. Se régalant il demanda 2 plats! Le premier plat fut a son goût, il aurait bien continué sur le second mais par maladresse, il gacha le tout en renversant le plat.
1-3
Table 2 nous avons le champion qui pour sa part ne s’attarda ni sur l’entrée, ni sur le plat mais prit un dessert copieux. Il fut long a le déguster, mais apprécia l’ensemble.
2-3
L’analyste installé en plein milieu de la salle table 4, commanda son menu favori. Content de pouvoir se sustenter de ce qu’il aimait, il commenca le repas sans manière et fut regardé de travers par le personnel. Désireux de faire bonne impression, il fit attention par la suite. Ce qui ravit son entourage. A l’addition, ne sachant plus compter, il fit une erreur.
2-4
Table 6 nous retrouvons le bibliothécaire, perdu dans ses livres il mangea de tout raisonnablement. Pour le digestif, il s’arrêta a un seul verre, refusant celui du patron gentiment.
2-4 les parties nulles ne comptant pas.
Votre serviteur table 3 eut un peu de mal avec l’entrée, apprécia moyennement le plat de résistance.Le dessert fut a son goût et s’en resservi, il termina et clôtura la soirée par un double digestif.
3-4
Ce petit groupe de Gascons trouva la note salé au vu de la qualité. Mais reconnu qu’il n’avait pas non plus était fin gourmet en choisissant ce restaurant.

Le dimanche nous avons rencontré, nos hôtes.Décidé a voir du pays, nous sommes restés des touristes de passage. A l’exception du bibliothécaire qui sut s’intégrer et découvrir les moeurs des indigènes.
1-0
L’ancêtre loin de sa Gascogne chérie, ne sut prendre plaisir a découvrir les paysages mornes du gambit Dame.
1-1
Le Pitbull visita un coin connu, mais ne fut pas plus à l’aise que ca et décida de rentrer rapidement chez lui
1-1
L’Analyste perdu dans ses pensées ne profita pas des à cotés du séjour et fut déçu de son séjour.
1-2
Le Berger profita pleinement de son temps libre et en prit plein la vue. Mais trop sur de lui il se perdit dans les méandres de la grande ville et dut être rapatrié.
1-3
Votre serviteur, commenca mal son voyage, stréssé durant tout le séjour il ne profita pas du dépaysement. Mais en partant les douaniers furent sympa avec lui, donc il décida qu’il reviendrait pour de prochaines vacances.
1-3
L’argentier comptant de partir et de souffler un peu, il prit un vol le menant sur des sentiers escarpés, arrivé sur place il se perdit un peu, mais toujours bien équipé il utilisa sa Boussole pour revenir a bon port.
1-3
Enfin le Champion, parti a nouveau vers la Grande Bretagne, il y avait de quoi voir et il fit plusieurs étapes. L’architecture lui plut énormément, mais le temps lui gacha un peu l’ambiance.
1-3.
Un week end difficile puisque nous repartons encore une fois avec 2 défaites. Mais c’est de l’expérience largement nécessaire a nos Gascons pour espérer faire mieux par la suite.
La prochaine rencontre aura lieu à Plaisance du Touch. Il ne s’agira pas d’un déplacement de plaisance, car il s’agit de la plus forte équipe de ce groupe (au moins sur le papier).
Ps : si vous chercher qui est caché derrière les surnoms allez voir le 1er compte rendu

COMPTE RENDU DES RENCONTRES DU 12 ET 13 OCTOBRE 2019

Bonjour à tous et toutes,

Ci joint les surnoms de chacun des joueurs de la NII présent ce Weekend:

– Le Cerbère (Pierre Yves Toulzac) 2115

– Le Champion (Florent Grimal) 2027

– Le Serviteur (Jorge Devecchi) 2060

– Le Bibliothécaire (Jean-Marc Mesples) 1848

– L’Analyste (Simon Boudey) 1887

– Le Berger (Etienne Join) 1915

– Le Douanier Rousseau (Laurent Tisseyre)1928

– L’ancêtre (Michele Pokee) 1156

Pour le dimanche

Il faut rajouter

– Le Poète Maudit (Anthony Delpech) 1728

L’échiquier d’Armagnac et ses fameuses Gasconnes et fameux Gascons sont partis en visite dans la capitale des vins.

Le capitaine malgré une préparation intense, s’est mis la pression au dernier moment (et non à la pression), car l’horaire sur les rassemblements n’est pas 14h15 mais 16h.

Obligé de rappeller le Douanier Rousseau la veille pour être certain que cela ne le dérange pas. Il a fallu également modifier les horaires de départ.

Arrivée sur la perle d’Aquitaine sans souci après un trajet de 2h30 environ. Voulant faire bonne impression pour notre entrée en NII nous souhaitions faire le tout dans les règles de l’art (dépôt auprès de l’arbitre de la feuille de match 1/4h d’heure avant la rencontre). Mais le parking le plus proche etait complet et obligé de se garer à 1.5 km de la salle. Finalement nous n’étions plus en avance.

Mais arrivée sur le club accueillant, nous avions 3 min de retard, mais en présence de la feuille de match complétée, mais aussi de feuille vierge, ce qui fut bien utile.

En effet, ils n’avaient aucune feuille de match officielle.

Nous sommes très bien accueilli par l’Echiquier Bordelais, un club que nous connaissons bien ou chacun est agréable.

Cette équipe était largement à notre portée, car elle aligne des joueurs qui sur le papier sont du même niveau que la Garde Auscitaine.

Votre Serviteur sera le premier à faillir, en étant pas du tout dans sa partie et se prend une déferlante de pions sur ces pièces et doit abandonner après seulement 2h de jeu.

Juste avant cela le Douanier Rousseau, a assuré le 1/2 point, ce qui convenait parfaitement au vu des conditions, car il ne pouvait pas rester au dela de 19h45. De plus tous les duels étaient équilibrés ou en faveur de la Garde Auscitaine.

L’ancêtre pris rapidement le dessus sur une adversaire sensée être clairement plus forte qu’elle, mais sa grande expérience du haut niveau lui permit de garder la tête froide et fit une proposition de nulle dans une position supérieure pour les blancs mais avec égalité matérielle. Son adversaire refusa poliment, peu de temps après notre féminine prit l’avantage matériel et ne lacha plus sa proie jusqu’en finale ou elle n’arriva pas à concretiser le gain. Une nulle supplémentaire sur un échiquier ou la différence de niveau étaient de prés de 300 points.

Le berger dans une position équilibrée, perdit pied et chuta, mais grace à son expérience de cet été (double fracture du poignet) il sut limiter la casse et amenant son opposant sur une finale avec une qualité de moins mais nulle. Une jolie nulle au vu de la fin du milieu de jeu qui laissait présager d’une défaite.

A ses cotés l’Analyste avec une position correcte pouvait prendre la nulle, mais voyant le berger chuter préféra continuer la lutte pour essayer de ramener le point entier. Mais finalement il gérera mal l’entrée en finale et se retrouve perdant.

Le pitbull souhaitant montrer son statut de favori, fit une partie splendide avec sacrifice, avec en compensation un avantage de développement important et surtout il a conservé le Roi de son adversaire au centre. Rien a redire un niveau irréprochable tant dans le calcul que la conception du plan. Une belle entrée fracassante dans la Garde Auscitaine.

Le bibliothécaire utilisa la tactique du Boa constrictor et etouffa toute veilléité de son adversaire qui bougea sa Dame une fois à droite puis à gauche et encore à droite pour revenir à sa position initiale.

L’avantage positionnel se concrétisa par un gain propre.

Pour terminer, nous attendions le résultat du champion qui était en mauvaise posture, mais son adversaire nous laissait à penser qu’il pourrait se faire arnaquer, ce ne fut pas le cas.

Le résultat final est de 2-3 nous sommes passés à coté de ce match qui était crucial dans l’idée du maintien. Mais la saison ne fait que commencer, on peut se rappeler de la défaite 7-0 contre cette même équipe en NIII il y a quelques années.

La soirée fut festive malgré cette déconvenue et nous avions décidé d’aller manger des flammekueche après récupération du poète maudit. Un moment ou les perdants se sont fait chambrées en toute gentillesse, puis avec la réparti qu’on leur connait ils ne se sont pas laissés faire.

Le lendemain aller être difficile car nous jouions une des équipes favorites qui venait de sortir Plaisance du Touch ( qui est composé d’un GMI et d’un MI).

Aprés un bon repos et un petit déjeuner conséquent nous repartions la fleur au fusil prêt à en découdre.

Le Pitbull s’engagea sur le sentier de la sicilienne fermée et obtint une position solide et légèrement supérieur. Mais aprés quelques balbutiement la position fut à l’avantage de son adversaire, mais fidèle à sa réputation, il fut tenace et pugnace, il ne lacha pas son opposant et arracha la nulle.

Votre serviteur (avec les noirs) fit une meilleure partie que la veille, mais au 20e coup il ne me restait plus qu’une demi heure et cela dans une position qui était à l’avantage des blancs, plan très difficile à trouver pour les noirs, je sombra rapidement dans une fin de milieu, ou il n’y avait aucun espoir. Une seconde défaite d’affilée, sans que j’ai le moindre chance de l’emporter ou de créer des problèmes à mon adversaire.

Venait ensuite le Champion qui eut une partie difficile face à un joueur offensif et laissant peu voir pas de contre jeu. Une nouvelle défaite également. Avec les noirs l’analyste fit une très belle partie et surtout maitrisa habilement son adversaire dans une finale C vs F. Le seul gain du match et contre un adversaire plus fort.

Le Berger entra rapidement dans le vif du sujet et prit rapidement les commandes grace à une forte initiative. Il loupe un bon coup dans le milieu de jeu et laisse filer le gain, la suite est compliqué mais son opposant arrive à prendre le dessus.

Quand au Bibliothécaire, sa connaissance de la théorie lui donna un léger avantage dans le début du milieu de jeu qui étaient une Benoni inversée (sauf erreur de ma part). Il se pourrait qu’il ait loupé un gain selon lui. Dans tous les cas se fut une partie solide ou il a toujours au moins un petit avantage. Son opposante à dut subir toute la partie.

Et voilà notre poète maudit qui revient joué parmi nous, les artistes sont volage donc nous lui pardonnerons d’être aller convoler momentanément vers d’autre cieux. Il fit une partie solide, mais à vouloir jouer la sérénade pour son adversaire, il se fit prendre dans ses filets et la défaite fut proche. Aprés maints vers, il l’endormie et signa la paix.

Notre dernier échiquier rencontrait une fois de plus une opposition de haut niveau près de 400 points de différence. L’ancêtre ne s’en laissait pas conter par la jeunesse et apposée sa marque sur la partie.

On notera le serieux et la rigueur dans la préparation qui fit qu’elle sortit de l’ouverture en ayant complétement égalisé, voir avec un petit avantage. Mais une erreur de main fit tout basculer et la défaite fut rapide. Dommage!!!

Il est à noter que l’équipe de l’AGJA alignait 3 féminines ce qui est extrémement rare pour être souligné. Cela met en valeur le travail fait au niveau de la FFE et certainemen de leur club dans la mixité.

Le score est sévère défaite 1-4 (ou plutot 4-1—Quatrain en référence à notre Poéte Maudit, mais qui ne reflète pas la qualite du jeu de la Garde Auscitaine.

Finalement la Belle endormie, nous a pris dans ses rets, sans que l’on puisse en sortir. Bravo aux 2 équipes rencontrées, tant sur le plan sportif que dans leur accueil.

Merci à vous tous et toutes d’avoir défendu les couleurs de notre chère Gascogne. La prochaine fois sera peut être plus heureuse au niveau des résultats, mais qu’importe tant que nous nous donnons à fond et que le plaisir est là.

À bientôt

Votre Serviteur

COMPTE RENDU DE LA FIN DE SAISON PAR VOTRE SERVITEUR

Samedi soir c’était la fête au club d’échecs d’Auch.
Les valeureux mousquetaires ont fêté leur victoire de la journée, mais bien plus qu’une 3e mi temps, ils célébraient une saison parfaite qui est récompensée par une montée en Nationale II.
Auch qui est en Nationale III depuis septembre 2010, flirtait depuis deux ans avec la montée.
C’est chose faite et ils l’ont fait avec brio. En effet ils se sont assurés de leur qualification 1 journée avant la fin du championnat en ayant battu les 8 équipes qui ont croisé leur chemin.
Le dimanche, ils disputaient leur dernière partie qui se termina par une nouvelle victoire qui leur permit d’effectuer un sans faute et le grand chelem.
L’Échiquier d’Armagnac remercie tous ses supporters et partenaires.
Votre Serviteur

COMPTE RENDU DES RENCONTRES DU 16/03/2019 ET DU 17/03/2019

Un week-end chargé d’émotion!
Le samedi:
D’une part il a été difficile de trouver une équipe complète, et ensuite nos 2 nouveaux (Nicolas et Jérôme) se sont installés sans regarder la feuille de match…C’est ainsi que 5 minutes après le début du match, le capitaine s’aperçoit qu’ils ne sont pas installés à la bonne place.. Il s’en va trouver le capitaine adverse pour un arrangement… Ce dernier réfléchissant, il fallut attendre 5 min de plus avant de connaitre leur décision. Heureusement, Colomiers très fair-play, autorisa les joueurs à redémarrer leur parties sur les bons échiquiers. On aurait pu déjà commencer le match avec 2 parties perdues par forfait… On a eu chaud…
L’Analyste (Simon) d’humeur guerrière, a envoyé tous ses pions à l’assaut du roi adverse dans un système Pirc-moderne, laissant son roi au centre. Cela ce finit par une victoire nette et précise contre une défense valeureuse de 3 heures.
Le Chirurgien (Luc), de retour, fut aussi précis qu’à son habitude. C’était une sicilienne où son adversaire ne put empêcher d5. Dès lors que ce coup thématique fut joué, les noirs ont dominé le débat.
Pendant ce temps, votre Serviteur, entré dans une anglaise, vit se dessiner une position égale. Le maque d’espace rend toutefois la position très technique et difficile à jouer… Mon adversaire voulut m’asphyxier, mais il oublia que les pions ne reculent jamais… On prend de l’espace en les avançant, mais dans le même temps on laisse du champ aux pièces adverses qui peuvent s’installer au delà des lignes ennemies. Mon adversaire était à un coup de me mater avec sa Dame, mais il perdit sa pièce juste avant d’y parvenir.
L’Astucieux (Jérôme), pour sa première participation en N3 sur la saison, fit une belle partie et alla même jusqu’à gagner une pièce nette à son adversaire. Malheureusement la partie se termina sur le partage du point par échec perpétuel… C’est le métier qui rentre, l’attention doit être à son maximum jusqu’au mat ou l’abandon. Il ne faut jamais se relaxer avant cet instant!
Le Videur (Nicolas), fit tout son possible pour prendre l’avantage, mais son adversaire, en utilisant l’anglaise, conserva son avantage lié au trait, et ne permit qu’une nulle par échec perpétuel également, malgré une jolie défense indienne du Videur.
Le Bibliothécaire (Jean-Marc), perdu dans ses pensées laissa filer une position avantageuse dans une position typique de l’ouverture Réti. Dommage, c’est sa première défaite de la saison, mais le petit jeune qu’il jouait était sur-motivé!
Le Berger (Étienne), toujours fan du Royaume-Uni parti comme à son habitude dans un sytème de Londres. Malgré un avantage tout au long de la partie, il se laissa déconcentrer par le flegme tout britannique de son adversaire et annula. Cela permit d’assurer le gain du match.
Il ne restait plus que l’As des as, qui remporta une belle partie positionnelle dans un Gambit dame classique. Sa technique fut parfaite.
Nous gagnons le match 4 à 1, il s’agit du plus petit score d’Auch à ce moment de la compétition. Mais aussi, nous perdons la seconde partie de la saison.
Le dimanche:
Rendez-vous à Muret. Si on jouait au Monopoly, ça serait « allez en prison sans passer par la case départ ».
La première frayeur est venu d’Étienne. En cours de match, il m’indique qu’il est 1935 ELO et que Simon ne peut pas jouer à l’échiquier au dessus de lui. Ça tombait mal, car j’étais avec un pion de moins sur ma partie au 10ème coup et je me demandais comment le récupérer. Montée de stress… Finalement, je réussi à trouver le moyen de reprendre mon pion tout en simplifiant la position et je propose nulle à mon adversaire rapidement, au 16e coup, après 1h30 de jeu.
À ce moment là, les parties sont dans l’ensemble équilibrées, à l’exception de l’Analyste au troisième échiquier, qui est un peu mieux, et de l’Argentier (Camille).
Mais une heure après, ce n’est plus la même cartographie…
Le Viking en est au 20ème coup, et sa pendule affiche un 3 minutes!!! Et au 22ème, 1 minute 30!!!
Le Berger quant à lui,  se retrouve dans une position inconfortable, idem pour le Bibliothécaire…
Du coté du Champion (Florent), il a un pion en plus, mais tout reste à faire.
À ce moment l’Analyste est toujours un peu mieux, l’Argentier a pris un bon avantage, et Dent de sabre (Vincent) a une position égale.
Finalement, Dent de sabre fait nulle, et l’Argentier propose un joli mat à son adversaire qui n’en réclamait pas moins.
Mais à ce stade, les parties du Bibliothécaire et du Berger sont perdantes…
Le Champion parait se diriger vers le gain, tout comme l’Analyste. Le viking est toujours mal au temps, alors que sa position est devenue clairement supérieure, cependant en zeitnot, une erreur peut vite arriver… Mais les vikings ne savent peut être pas voler, ils sont néanmoins véloces tel Antonin qui gagne sa partie.
Auch reprend l’espoir de gagner ce match… mais…
Jean-Marc perd.. C’est malheureusement un week-end a oublier pour notre Bibliothécaire…
Le Berger, après avoir apporté l’espoir à son équipe de trouver la nulle, reste encore et toujours perdant.
C’est alors que Florent termine par mater son opposant grâce à son Roi.
Il ne nous reste plus qu’a arracher 1/2 point sur les 2 parties restantes pour gagner le match… Le suspens est à son apogée..
Ce sera chose faite par l’Analyste qui nous permet de rester invaincu. Étienne, à force de défendre, reprend le meilleur et obtient une nulle bien méritée!
Le match est gagné 3 à 1 contre une belle équipe de Muret qui avait une moyenne ELO de 1839, soit la même moyenne qu’Auch (1838).
À ce jour, nous sommes seuls en tête du classement avec 21 points sur 21. Un sans faute!
Nous avons joué 56 parties, avec 34 gains, 19 nulles, et 3 défaites.
Il nous faut encore gagner un match sur les deux rondes restantes et c’est la montée en nationale 2!
Vive Auch, Vive l’Échiquier d’Armagnac!
Le serviteur.

Votre berger vous parle de son ressenti…

Auch, le 17/02/2019.

Fantastique performance!

Un sentiment de joie me traverse l’esprit à 16h00… Notre emblématique équipe de l’Échiquier de l’Armagnac se trouve en position de force contre les diablotins de Canohes, une équipe performante? Je me lève de ma table de jeu avec le sentiment intime d’avoir la partie dans la poche. Je constate alors que dent de sabre (Vincent) n’est plus très loin d’achever son adversaire au huitième étage. Au septième, l’analyste Simon arbore un large sourire qui en dit long… Sixième étage, l’argentier qui avait entamé la ronde un peu de mauvais poil, était en train de se délecter de la carcasse de son opposant. Au cinquième étage, notre bibliothécaire avait une position qui ressemblait un un « faites vous la main », tout à son avantage. Le quatrième était le mien, et je me sentait bien, au milieu de mon fidèle troupeau, tout en confiance. Le troisième étage, tenez vous bien, avait l’honneur d’être gardé par l’as des as, Pascal. Une position certes compliquée, mais la technique de notre champion est bien éprouvée, et notre confiance indéfectible envers lui, qui avait tout de même 400 points ELO de plus que son adversaire, ne laissait guère de place au doute. Au deuxième étage, tous les spectateurs voyaient une partie compliquée, mais malheureusement pour Canohes, notre serviteur sait rester particulièrement calme dans les moments difficiles, et c’est avec sérénité et une grande magnanimité qu’il annihila tous les espoirs de son adversaire, finissant par une brillante victoire.

Chers lecteurs, à 16h00 de cette fameuse après-midi, je pensais vraiment que nous allions accomplir l’exploit de la perfection. Huit à zéro, le Graal dans un championnat par équipe de notre sport.

Il est maintenant 17h00. Le suspens est à son comble car le premier étage ressemblait à une guerre des tranchées entre le champion (Florent) et le meilleur ELO de nos adversaires. Notre champion est redoutable… et mon niveau d’analyse échiquéenne ne me permettait pas d’avoir une idée objective de l’issue du combat. Et là… c’est le drame… Inexorablement fataliste, il fait un ridicule match nul, devenant alors le maillon faible de notre formidable groupe d’aventuriers ;). Je lui souhaite un bon rétablissement !

À bientôt pour de nouvelles aventures échiquéennes,

votre berger, Étienne.

RENCONTRE DU 17/02/2019

       En cette belle journée ensoleillée de février, nous rencontrâmes les diables de Canohes. Il aurait mieux valu pour eux que la rencontre se fasse au mois de novembre. À leur décharge, contrairement à d’autres équipes, ils sont venus au complet.
       Ce fut finalement des diablotins que nous affrontions. Les anges de la Lumière Gasconne n’ont fait qu’une bouchée de ces forces démoniaques.
       L’argentier rencontra un orang-outan malfaisant, il prit l’ascendant rapidement, contrôla le centre, et mit en place une tactique directe sur le monarque, avec le gain net d’une pièce.
       Dent de sabre, partit sur le territoire sicilien, mit en avant ses capacités dentaires. Avec un duo d’incisive, ce fut tranchant pour son adversaire, provoquant un abandon après une perte sèche de sa mâchoire.
       Le berger amena son troupeau en Grande-Bretagne. Après moult manœuvres, il sonna la charge qui provoqua l’effondrement de l’abri du roi. Son chien ramena le troupeau sain et sauf au bercail.
       Le serviteur parti également en Grande-Bretagne et se retrouva, pour sa part, à Londres dans un quartier mal famé. Avec son flegme, il déjoua intentions et machinations diaboliques, et prit le dessus sans coup férir.
       Le bibliothécaire pressé de retourner à ses ouvrages, ni une ni deux, ne fit qu’une bouchée de ce démon inférieur.
       L’analyste décida de faire le boa constrictor, et mit en pratique son travail théorique sur les finales de tours. Il obtint une position telle que son adversaire n’avait rien à faire. La paralysie finit par entrainer la consumation de ce vil serpent.
       L’as des as pour son retour tant attendu, a fait durer le plaisir. Cependant, ce plaisir angélique ne fut pas du goût de son adversaire qui fut renvoyé… au purgatoire.
       Le champion, par magnanimité, décida d’accorder le pardon à la pauvre âme perdu qu’il avait en face de lui. Et la paix fut conclue sur un partage du point.
       Cette victoire sans partage fait d’Auch le seul club invaincu.
       Prochain duel le 16/03 à Auch contre Colomiers, petit poucet des combattants en lice.
       A bientôt, le serviteur.

rencontre du 27/01/2019

       La journée a commencé sous la pluie et le vent de Muret. Arrivé à la salle du club, nous avons rencontré les Murétains, qui, valeureux, nous attendaient sans peur. Ils ont toutefois pris la précaution de nous rappeler que nous affrontions Montpellier. Nous étions tous présent à l’exception du bibliothécaire qui lisait tranquillement le grimoire de la victoire.
       Les usurpateurs de la Surdouée, se planquaient silencieusement à l’intérieur de la salle. Mais la ruse fut de courte durée. A peine le chef examina le futur champs de bataille qu’il réussit à découvrir l’ennemi, tapie dans l’ombre. Le temps du rassemblement arriva et la joute put commencer… pour se terminer tout aussi brièvement sur certains duels. Quelques uns des plus téméraires chevaliers Auscitains prirent leur responsabilité et permirent de décimer les trois huitièmes des troupes adverses :
       L’Amazone décocha ses flèches meurtrières sur la formation de la tortue mise en place par nos adversaires pendant que le Viking s’élança de son drakkar, pour anéantir les hordes sanguinaires qui se terraient derrière leur mur de Berlin-goth. Alors que Dent de sabre ne s’est pas fait prier pour mettre fin aux douleurs des suppliciés ce qui laissa le temps à l’analyste de planifier la stratégie à mettre en place pour finaliser la victoire. Ce dernier a réalisé un effort surhumain pour anticiper et calculer l’ensemble des manœuvres adverses, prendre l’avantage sur son opposant direct, puis le neutraliser complètement ; pour finir par lui proposer un match nul sachant que c’était le seul à pouvoir faire basculer l’avantage vers Montpellier.
       Un calcul qui s’avéra payant puisqu’une fois ce travail de sape fait, tout se déroula comme anticipé. Votre serviteur mis à bas sans difficulté son adversaire qui a essayé de le surprendre avec une parade peu connue (et qui ne restera pas dans les annales). Le bibliothécaire maîtrisa totalement son sort d’engourdissement et envoya l’intrus dans les limbes. L’argentier sut une fois de plus protéger le Trésor d’Armagnac, malgré quelques frayeurs en fin de partie. Le champion était confronté à un colosse qui n’était pas constitué de pied d’argile, mais rien ne résiste à notre valeureux et le coup de grâce arriva après un combat de plus de 5h.
       Le serviteur.